« Le marketing, c’est ma culture »

 1971 
Naissance à Nice

 

 

 1996 
Premier emploi comme responsable marketing aux Grand Moulins de Paris

 

 

 2013  
Première expérience d’entreprise internationale en Italie, Bioslym boisson végétale

 

 

 2016 
Nommé DG d’Ekibio

 

Thierry CHIESA
Directeur général Ekibio

 

Héritier ou entrepreneur ?
Je me considère comme un dirigeant entrepreneur. Mais d’une certaine manière je suis aussi héritier puisque j’arrive dans une entreprise qui a 25 ans d’existence sur le marché des produits alimentaires et cosmétiques, bio et équitables.

 

Plutôt marketing ou communication ?
Le marketing, c’est ma culture. Je suis attaché aux produits. J’ai une formation en marketing dans la grande consommation. Ma carrière s’est déroulée essentiellement dans les réseaux spécialisés.

 

Le patron est-il le mieux placé pour gérer la communication de son entreprise ?
Je ne pense pas. Mais le patron est le mieux placé pour que l’entreprise communique bien. Nous avons des spécialistes pour communiquer.

 

Qui vous conseille ?
Nous avons fait le choix en 2016 de nous faire accompagner par l’agence parisienne Mieux. Elle est spécialisée dans le développement durable et la communication corporate. Sur l’aspect marketing, nous travaillons avec plusieurs agences pour le packaging et le branding. Nous avons aussi notre propre studio en interne qui nous aide sur le relooking des marques. C’est bien d’avoir les deux.

 

Que pensez-vous des agences ?
Elles doivent être là pour nous challenger, pour nous sortir de notre environnement, de nos convictions. Le problème c’est quand l’agence n’est plus capable de le faire. Il faut des agences qui connaissent le marché… C’est pour ça que nous avons choisi Mieux.

 

Votre meilleur coup en marketing/communication ?
Le jour où nous avons investi sur BFM TV. Les dates ont été choisies très longtemps à l’avance et nous nous sommes retrouvés pendant le débat du premier tour de la présidentielle 2017. Clairement, nous étions au bon endroit, au bon moment ! La visibilité de la marque a fortement augmenté avec seulement deux passages.

 

La communication : inné ou acquis ?
Il y a une partie d’inné, je pense. En tant que dirigeant, il faut savoir communiquer auprès des collaborateurs, fournisseurs, prestataires, etc. Je ne pense pas que l’on puisse se reposer sur ses d’acquis aujourd’hui. Tout va trop vite, notamment avec les réseaux sociaux.

 

Une campagne qui vous a marqué ?
Celle du slip français. Je la cite souvent. C’est une marque challenger qui perce sur les médias avec une communication forte, des messages impactant, de l’activation digitale, du ciblage parfait. Je suis très impressionné par leur communication.

 

Les meilleurs patrons en France pour la communication ?
Emmanuel Faber, le PDG de Danone. Du fameux discours de HEC jusqu’à sa communication sur les marques, et sa proximité avec les salariés. J’apprécie son langage clair. Je trouve que c’est un patron marquant de la génération actuelle.

 

Plutôt Facebook ou Twitter ?
Plutôt LinkedIn. C’est un très bon outil d’échange professionnel et de collaboration avec des acteurs du marché. Je m’en sers aussi comme d’un outil de veille.

 

Tablette ou papier pour vous informer ?
Si je veux savoir ce qu’il se passe, je suis tablette. Si je veux m’informer, rentrer dans le détail, je suis papier, y compris L’Équipe !

 

Les journalistes, amis ou ennemis ?
Par principe, je fais confiance en la bienveillance et l’éthique de tout le monde. Si je suis déçu, je sais en tirer les conclusions.

 

Appartenez-vous à un cercle, à un réseau ?
Je suis en train de rentrer dans le cercle des jeunes dirigeants… C’est un réseau de parrainage. Un échange entre dirigeants pour sortir de son cadre.

 

Est-ce que vous déconnectez en vacances ?
Je dois bien admettre que je ne suis pas satisfait de mon comportement en la matière. Je n’arrive pas encore à disparaître pendant 15 jours. En fait, je suis vigilant à ne jamais être trop déconnecté.