« Difficile d’améliorer l’image d’un métier peu attractif »

 1999 
Naissance de Byblos

 

 2003 
Création du centre de formation Blue Concept

 

 2016  
Classement parmi les Meilleurs Employeurs en France

 

 2016 
Création de B-Guard, spécialisée dans la protection armée

 

Simon Hoayek
Président fondateur de Byblos Group

 

Héritier ou entrepreneur ?
Patron héritier. Pas dans mon entreprise que j’ai fondée en 1999, mais dans mon envie d’entreprendre.

 

Plutôt marketing ou communication ?
Je suis très investi dans la communication interne. J’estime qu’un collaborateur ne doit jamais apprendre une information en provenance de l’extérieur. Je prône la transparence. Nous publions tous les deux mois un journal interne pour mettre nos salariés à l’honneur, passer des messages, présenter les nouveaux collaborateurs… En marketing, nous pratiquons surtout le marketing RH car nos métiers sont peu attractifs. Nous avons besoin d’attirer de futurs collaborateurs.

 

Le patron est-il le mieux placé pour gérer la communication de son entreprise ?
Je ne me considère pas comme un grand communicant, mais je pense qu’aucun message ne doit circuler sans avoir été cautionné par le patron.

 

Qui vous conseille ? Et qu’est-ce qu’un bon dircom ?
Je crois beaucoup à l’intelligence collective et je suis à l’écoute des équipes. Charline di Gregorio est la directrice de notre service communication et marketing. Pour bien remplir ce rôle, il faut avoir une parfaite compréhension des métiers, être à l’écoute du marché, savoir où on veut aller. Ensuite, la communication et le marketing contribuent à atteindre la vision définie dans le respect de l’image de l’entreprise, par exemple dans les documents commerciaux.

 

Quelles expériences avez-vous des agences ?
Les agences nous apportent des compétences et moyens que nous n’avons pas en interne. Je veux qu’elles soient expertes de leur sujet et tiers de confiance. Il faut absolument passer par beaucoup d’échanges pour expliquer afin d’avoir des réflexions sur-mesure. Je ne veux pas de communication prêt-à-porter. Nous travaillons avec l’agence Extra pour notre journal interne et avec Esprit des Sens sur la réflexion stratégique. Nous assumons notre place de groupe lyonnais et apprécions d’être en relation de proximité avec notre éco-système. Les agences lyonnaises ne sont ni moins compétentes ni moins talentueuses que les agences parisiennes.

 

Votre meilleur coup en marketing ou en communication ?
Nous avons beaucoup travaillé pour améliorer l’image de la profession : comité éthique et social, méthode de recrutement, formation des recruteurs… Être classé en 2016 parmi les 10 meilleurs employeurs de France du secteur des services d’assistance par le magazine Capital reste une grande fierté. 

 

La communication est-elle dangereuse ?
Oui, dans le sens où nous sommes sur des métiers sensibles et que nos clients nous confient des missions de sécurité. La discrétion est dans notre ADN. 

 

Tablette ou papier pour vous informer ?
Je m’informe sur mon smartphone, mais avec un papier et un stylo pour prendre des notes. Je fais beaucoup de veille grâce aux médias, notamment à l’international.

 

Les journalistes, amis ou ennemis ?
J’ai plutôt de l’admiration pour ce métier. Les journalistes qui font éclater des vérités et qui vont décortiquer des informations jouent un rôle indispensable. Je suis souvent sollicité pour des interviews, mais je refuse souvent par devoir de confidentialité.

 

Les meilleurs patrons en France pour la communication ?
Arnaud Marion qui a redressé bon nombre de sociétés (Lido, Pleyel, Doux, NDLR). C’est un patron commando qui gère très bien la communication interne. Pour réussir, il sait rassembler les équipes, faire adhérer au projet et humaniser la relation.