« J’ai connu une agence qui avait la folie des grandeurs »

 1984 
Création de Vie & Véranda à Feyzin

 

 

 1996 
Rachat de l’entreprise par Guy Pinoncély et Mario Normand

 

 

 2002 
Entrée de Lucas Pinoncély dans l’entreprise

 

 

 2011 
Devient PDG de Vie & Veranda

 

Lucas PINONCÉLY
Directeur général de Vie & Véranda

 

Héritier ou entrepreneur ?
Entrepreneur, même si j’ai pris la suite de mon père. J’ai commencé ma carrière dans l’édition. J’ai rejoint l’entreprise familiale il y a 15 ans pour diriger et développer ma propre entreprise.

 

Plutôt marketing ou communication ?
Les deux sont des domaines sur lesquels je me sens à l’aise. Il y a un véritable enjeu à développer une marque et une image de marque dans notre secteur d’activité. La véranda, c’est un secteur essentiellement centré sur le produit et la technicité. Nous introduisons la notion de plaisir et d’avantage produit.

 

Le patron est-il le mieux placé pour gérer la communication de son entreprise ?
Oui, le patron est celui qui fixe le cap et définit la stratégie. Dans l’exécution en revanche, il convient de s’entourer de spécialistes. Pour moi, le dirigeant doit avoir une vision claire et la confronter ensuite à des professionnels.

 

Qui vous conseille ?
Pour les relations presse, je fais confiance à 14 Septembre Lyon. Nous collaborons aussi avec Isegoria (Paris) pour nos films, et avec plusieurs agences digitales lyonnaises (ZOL, SQLI). Le digital est très important pour nous. C’est un métier avec beaucoup de changements. J’aime avoir plusieurs interlocuteurs. Nous avons d’ailleurs un responsable de la communication digitale qui travaille étroitement avec tous ses prestataires.

 

Quelles expériences avez-vous des agences ?
Nous avons connu une agence qui avait la folie des grandeurs. Pour notre première campagne TV (2016), ils nous ont conseillé de la faire sur TF1. C’était trop grand pour nous. Pour les relations presse, nous avons mis du temps à trouver la bonne équipe. Nous avons fait deux essais infructueux avant de signer avec 14 Septembre, il y a 4 ans. 

 

Votre meilleur coup en marketing/communication ?
La refonte de notre site internet en janvier 2018. La fréquentation du site, le taux de conversion, les demandes de devis, le classement du site sur Google, tout a augmenté significativement… Notre campagne sur BFM TV à la même période [InterMédia no 1435] y est sans doute aussi pour beaucoup. 

 

La communication, une contrainte ou une nécessité ?
Une nécessité parce que nous nous adressons exclusivement à des particuliers. Et que nous ne travaillons qu’avec des appels entrants. Il n’y a pas de prospection. 

 

Plutôt Facebook ou Twitter ?
Plutôt Twitter. C’est un outil de veille pour moi. L’entreprise m’oblige à être au fait de tout ce qu’il se passe. Vie & Véranda l’utilise bien sûr, mais à titre personnel, je ne twitte pas.

 

Tablette ou papier pour vous informer ?
Les deux. Je lis Le Point, Challenges, Les Échos, Le Figaro, Le Monde… J’essaye d’aller un peu partout. Et puis je consulte aussi la presse professionnelle, qui reste très technique dans notre secteur.

 

Les journalistes, amis ou ennemis ?
Par principe, je fais confiance dès le départ. J’essaye d’être le plus naturel et transparent possible. Parler de soi avec objectivité est un exercice difficile qui force le dirigeant à se remettre en question. Il faut aussi comprendre et accepter que l’on ne maîtrise pas ce qui sortira dans la presse. Jusqu’à présent, je n’ai jamais eu de mauvaise surprise.