Débloque-Notes
Jacques Simonet
Directeur d'InterMédia
le 26 Mai 2019
Une night mémorable 

Winner : Corentin Magnetti formé aux Gobelins d’Annecy et en alternance chez Akaru.

 

 

Bravo aux dirigeants du groupe TBWA qui ont pris l’initiative d’importer à Lyon la Portfolio Night. Un événement lancé en 2003 qui se déroule dans 20 villes dans le monde. Elle permet aux jeunes créatifs de soumettre leurs travaux à des directeurs de création en agence. 

 

Didier Proudhon (Zakka) et Philippe Goure (TBWA Corporate) étaient aux anges en voyant leurs locaux transformés en joyeuse Star Ac’ de la création publicitaro-digitalo-communicante. Entre la cinquantaine de candidats, les jurés et les observateurs, il devait bien y avoir une centaine de personnes sur la terrasse arborée du groupe TBWA pendant les récréations entre les manches.

 

Bain de jouvence.

 

Dix-sept directeurs de création étaient venus des agences majeures de la place formaient le jury. Il y avait même Jérôme Diez (TBWA Corporate) venu de Paris. 

 

Et on avait pour l’occasion ressorti de la naphtaline, Georges Chapuis, la star des années… soyons courtois : de la belle époque de la Publicité. Évidemment, c’est lui qui avait la tenue la plus juvénile. Ses confrères étaient plus passe-partout. 

 

Les temps changent : alors que Georges Chapuis avait été nommé directeur de création à 23 ans (chez RSCG Lyon) aujourd’hui la moyenne d’âge des DC lyonnais est… restons courtois. Reconnaissons que Daniel Gobbo (Publicis) et Jean-Marc Effantin (Zakka) ne sont pas tout neufs. Mais la relève arrive avec par exemple un Julien Raimbault, nouveau DC de TBWA Corporate — et initiateur de la Night.

 

Autre constat, la fonction est très masculine. Il n’y avait que trois femmes dans le jury : Maud Millet (Elivs), Annette Thomas (Zakka) et Alexandra Chapuis (Havas). Mais, l’afflux de candidates juvéniles a égayé la soirée de ces messieurs du jury.

 

Billet pour New York.

 

Les juniors étaient venus parfois de loin. Une candidate avait fait le voyage de Nice. Comme beaucoup étaient étudiants, quelques directeurs d’écoles étaient venus voir si un de leurs poulains ne pourrait pas remporter la compétition, gage de gloire pour leur établissement.

 

Le vainqueur de la soirée, Corentin Magnetti, avait failli ne pas participer. Cet expert du design d’interface web trouvait que la compétition était « très axée pub ». Heureusement, Julien Raimbault a su le convaincre de venir, puisqu’il a gagné le voyage à New York. Il y participera, en août, à la Creative Week. Un rêve.

 

Il va côtoyer de grands créatifs. De quoi lancer sa carrière alors qu’il termine des études aux Gobelins d’Annecy et qu’il travaille en alternance à l’agence Akaru.

Il a déjà compris une chose : s’il veut se faire une place dans le milieu, Il doit apprendre l’anglais.