Muriel Jaby
| Communication culturelle : petits moyens mais grandes idées
Dircom du Mac de Lyon (Musée d'art contemporain)
le 26 Juin 2014
Renouveler le ton de la communication culturelle en ligne

 

Je suis très souvent contactée par des étudiants qui veulent faire leur mémoire sur « les musées & la communication 2.0 », et qui partent du postulat que les musées et autres structures culturelles sont très en retard dans ce domaine.

 

Et puis lorsque je les aiguille vers un certain nombre d’initiatives bel et bien existantes - et pas seulement depuis cette année ! -, ils changent souvent d’opinion et se rendent compte que la culture vit pleinement avec son temps et expérimente beaucoup.

 

Toutefois, cela signifie bien que nous n’atteignons pas forcément notre cible, si autant de personnes potentiellement intéressés par nos contenus passent à côté de nos communications (lire aussi : Ah bon, mais on n’en entend pas trop parler, non ?).

 

Alors j’observe les initiatives (plus ou moins heureuses…) de confrères qui tentent de casser les codes habituels de la communication culturelle et s’aventurent sur de nouveaux chemins.

 

Ainsi la RMN (Réunion des Musées Nationaux) multiplie-t-elle l’exercice du décalage pour ses expositions temporaires : second degré pour le teaser de Moi Auguste empereur de Rome au Grand Palais et compte twitter  au ton facétieux voire potache ; tutorial coiffure  (si, si !) de la blogueuse Lilith Moon pour l’exposition Joséphine au Musée du Luxembourg ; série les expos de Victor  par John Rachid (désolée…), etc…

 

Pour autant, parvient-elle ainsi à parler vraiment à de nouveaux publics ? Ce serait intéressant de connaître le bilan qu’ils en tirent : parviennent-ils à transformer leurs taux de vues en fréquentation in situ ? A faire venir des visiteurs plus jeunes ? A créer une nouvelle connivence avec leur structure ?

 

 

[2]
Sarah Lauvergeon - le 8 Septembre 2014 à 13:36

J'ai travaillé dans la communication culturelle avant de travailler à Transatel et je suis assez d'accord avec votre analyse.

Oui la communication culturelle digitale évolue et se donne du mal pour innover mais non, malheureusment, sa portée est encore trop faible.

Pour cela, je pense que se sont les politiques culturelles qui devraient inclure des ancrages forts en matière de digital!

Il est plus qu'utile que ces politiques deviennent plus "fun", plus attractives sur les réseaux. C'est en offrant une nouvelle perspective sur nos établissements, nos manifestations, que l'on donne envie à ceux qui nous voyaient sans nous voir, de reposer  leur regard sur nous et de s'y attarder enfin!

Mais tout cela arrive au fur et à mesure, j'ai bon espoir!

Marie Cambone - le 1 Juillet 2014 à 13:17

La RMN s'est déjà intéressée aux effets de ses actions dans l'espace numérique, qu'elles soient sous forme d'un très beau site web (http://www.monet2010.com/) ou "décalées" comme c'était le cas du jeu en réalité alternée (ARG) organisé pour la même exposition. Voici les résultats de l'enquête menée par une équipe de chercheurs de TélécomParisTech : http://www.conseil-creation-artistique.fr/5.aspx?sr=5. En ligne : la synthèse des résultats et l'intégralité de l'étude.

Bonne lecture !

Connectez vous pour ajouter un commentaire