Clarisse GRATECAP
| Tout savoir sur Snapchat
Consultante Snapchat et fondatrice de Snapologie
le 2 Mars 2017
Pourquoi vous vous trompez avec Snapchat

L’utilisation de Snapchat par les marques est seulement en train de démarrer en France et si l’adoption de ce réseau social est si lente, c’est surtout dû à une certaine incompréhension autour de ce qu’il est et de la manière dont il faut l’utiliser. Voyons ensemble quelles sont les 5 erreurs autour de Snapchat qui vous empêchent de sauter le pas. (comme l’article est un peu long vous trouverez les 3 premières erreurs ici et la suite sur le webzine Snap-Marketing).

 

 

Erreur N°1 : Penser qu’il n’y a que des jeunes

Alors oui, Snapchat est LE réseau social des millennials, c’est d’ailleurs le seul à attirer de façon aussi massive les 12-25 ans mais il ne faut pas considérer pour autant que ce sont les seuls à y être présents. Si l’on se base sur les tout derniers chiffres et notamment les projections des utilisateurs par tranches d’âge, on s’aperçoit que les 45-54 ans augmentent le plus alors que l’augmentation des 12-24 a ralenti (dû en partie à l’acharnement de Facebook à travers les applis qu’il possède -Instagram et WhatsApp- à vouloir copier les fonctionnalités qui ont fait le succès de Snapchat). A l’horizon 2021 il est notamment prévu qu’il y ait plus de 25-34 ans sur la plateforme que de 18-24 ou encore de 12-17 (chiffres US). Et avouez que l’on ne s’adresse pas de la même façon à ces différentes tranches d’âge.

 

Les marques pensent d’ailleurs qu’il faut faire du kikoolol sur Snapchat afin d’intéresser les utilisateurs ce qui n’est pas franchement une bonne idée (et même plutôt contre productif en terme d’image). Or, et les exemples sont nombreux, des marques arrivent très bien à garder le même esprit et le même ton qui colle à leur image. C’est le cas de Michel et Augustin par exemple, qui a certes l’habitude d’avoir une communication amusante et décalée, mais qui n’en fait pas des tonnes pour s’adresser à des ados sur Snapchat. Leur compte est l’un des meilleurs exemples français en la matière avec des stories quotidiennes principalement sur les coulisses de la marque et de ses opérations de com ou ses produits. Un autre exemple est celui des marques de luxe comme Chopard qui a sponsoré une lense le 31 décembre dernier. Pour ceux qui croient que les lenses se limitent à ajouter des oreilles de chien ou des lunettes funky ou encore à faire vomir un arc-en-ciel, sachez que Snapchat peut également s’adapter à un format de contenus plus élégants et donc au monde du luxe. Les lenses sponsorisées de Chopard reprenaient donc l’univers de communication de la marque pour la période de fin d’année, la banquise et ses animaux, et vous immergeait dans cet univers neigeux en vous habillant d’une jolie doudoune pour affronter le froid de la banquise. Cette lense utilisait d’ailleurs la technologie wolrd lense qui permet de modifier également le paysage qui vous entoure (et pas seulement votre visage).

 

Erreur n°2 : Avoir une approche trop ROIste

Bien sûr pour tout marketeur, il est bon de connaître les retombées de chaque action engagée et donc de chaque euro dépensé, et les habitudes données par Facebook (avec des informations chiffrées très précises) sont tenaces. Or, avec Snapchat, il faut envisager les choses autrement. Snapchat se veut être un réseau social de proximité entre ses membres. Voilà pourquoi il est si difficile de trouver un compte, l’intérêt n’est pas dans la quantité mais dans la qualité des échanges. On s’échange nos noms d’utilisateurs comme on s’échangerait un numéro de téléphone, on ne le trouve pas quelque part sur internet, c’est une interaction qu’il faut avoir, c’est une appartenance à un groupe restreint. Dès lors, il ne faut pas vouloir quantifier les interactions ou les retombées mais plutôt les qualifier. Car c’est de cela qu’il s’agit sur Snapchat, de qualité relationnelle en one to one. C’est pour cela qu’il y a si peu de metrics sur ce réseau social : vous n’aurez accès qu’au nombre de vues sur chaque snap de vos stories (avec les noms des comptes concernés) et au nombre de screenshots pris. Vous ne saurez même pas combien de « followers » compte votre communauté. Oubliez le taux d’engagement, les détails sur les comportements de chaque membre de votre communauté ou encore le trafic généré vers votre site, vous ne saurez rien de tout ça ! Concentrez-vous sur les interactions personnalisées qui ont lieu avec votre compte. D’autant plus que les utilisateurs n’hésitent pas à entrer en contact en direct avec les autres comptes. Vous en tirerez de nombreux insights intéressants sur votre marque et vos produits.

Les échanges sont plus authentiques sur Snapchat, on écrit/envoie ce que l’on pense sans se soucier de ce que vont en dire les autres, de récolter des likes ou de faire plaisir à qui que ce soit puisque les échanges restent privés et qu’il n’y a aucune interaction publique donc pas de faux–semblants. Cela ajoute de la valeur à chaque message et ce qui compte, ce sont ces échanges, ces retours autour de la marque et cette relation qui s’installe et qui ne peut être quantifiée par aucune metric.

 

 

Erreur n° 3 : Vouloir faire comme sur les autres réseaux sociaux

C’est presque l’erreur la plus grave, tant elle pénalise votre présence sur Snapchat. Ce réseau est tellement disruptif que vous ne pouvez en aucun cas y décliner une campagne. Vous devez impérativement créer du contenu exclusivement pour Snapchat, car celui-ci doit s’adapter aux fonctionnalités et aux limites imposées par la plateforme. Que ce soit sur le fond (on attend plus de lâcher prise et d’authenticité sur Snapchat) que sur la forme (format vertical, contenu éphémère, ajout de stickers…), les publications doivent être différentes des autres réseaux sociaux.

Les fonctionnalités de Snapchat limitent son usage mais permettent également une plus grande créativité. C’est à la marque de respecter les limites de Snapchat ou de les contourner intelligemment. Par exemple, la limite de 10 secondes des vidéos vous oblige à proposer du contenu qui rentre dans ce temps imparti ou qui ne souffre pas des coupures intempestives générées par cette limite. Il était donc totalement utopique pour NRJ de vouloir retransmettre un concert sur Snapchat, car aucune chanson ne tient en 10 secondes.

De la même façon dans le cadre d’un concours, lorsque vous demandez à votre communauté de pitcher quelque chose dans une vidéo sur Snapchat, cela ne peut être fait qu’en 10 secondes. A moins que vous n’ayez comme l’agence Marcel, la possibilité de hacker Snapchat pour faire une vidéo de 20 secondes pour faire la démo d’un vibromasseur ultra efficace pour Dorcel. Il est donc primordial de respecter les règles d’utilisation de Snapchat pour avoir une présence efficace. De la même façon, rappelez-vous bien que l’engagement se fait par screenshot (il n’y a pas de logique de like, de commentaire, de partage…). Ceci vous oblige donc à repenser entièrement la mécanique de vos actions.

Retrouvez les 2 dernières erreurs sur Snapchat ici.

Et vous, commettez-vous les mêmes erreurs ou êtes-vous prêt pour Snapchat ?