Rechercher parmi les 2 359 sociétés de la communication de Rhône-Alpes Auvergne

Qui
Une société, une personne
Quoi
Choisir un secteur
Actualité des sociétés du Guide
16 Décembre 2014
image
Guide déraisonné des collections du Musée de l'imprimerie et de la communication graphique

 

 

Habituellement, le catalogue raisonné d’un musée est un exercice scientifique, savant parfois même un peu ardu. Avec un sous-titre révélateur : « fragments d’un parcours amoureux », le Musée de l'imprimerie et de la communication graphique annonce la couleur. Ici, il s’agit d’un parcours « à sauts et gambades » comme l’aurait dit Montaigne, sous le signe de l’amour du livre et de l’imprimerie et de tous ses domaines afférents.

 

 

 

Les cinquante contributeurs ont réellement éprouvé une vraie passion pour le livre, le document ou l’objet sur lesquels ils ont choisi d’écrire. Pour certains, c’est un amour qui dure depuis le début de leurs études et qui a orienté toute leur vie. Le parcours inscrit dans le Catalogue déraisonné du Musée emmène le lecteur dans toutes les époques et toutes les techniques graphiques ; en cela il est bien le reflet des collections de l’établissement.

 

 

 

Quelques puristes se sont sans doute demandé si le Musée avait  perdu l’esprit (typographique s’entend) en découvrant la mise en page du Catalogue.

 

Que l’on se rassure.

 

 

Le catalogue obéit rigoureusement au principe graphique mis en place par Bureau 205, avec un colonnage que l’on retrouve dans les autres documents de communication du Musée, tels le programme d’activités ou la Lettre du Musée. Déroutante, la rentrée d’alinéa marque fortement les paragraphes. Traditionnellement, elle est plutôt courte, surtout dans les livres où il fallait économiser espace et papier. Si elle est aussi importante dans le Catalogue, c’est justement pour faire référence à sa fonction première, qui est d’aider à mémoriser les pages et à les différencier. La mince lettrine au début de chaque texte fait référence à la lettre d’attente qui, dans le manuscrit ou l’incunable, signalait au rubricateur ou à l’enlumineur qu’il aurait à mettre en exergue la première lettre d’un paragraphe. Le caractère utilisé est l’Alcala, c’est celui des panneaux et cartels de la collection permanente.  

 

  

| MUSÉE DE L'IMPRIMERIE DE LYON | Autres prestations